“OUI, IL EST VRAIMENT RESSUSCITE”

Légende de la libellule

Une légende raconte l’histoire d’une LARVE de LIBELLULE
Elle avait une irrésistible envie de quitter sa mare …
Elle voit un ver de terre qui lui demande que veux-tu là-haut ?
J’ai envie de monter là-haut au-delà de la mare !
J’ai vu un jour comme une lumière au-dessus de l’eau !
Et j’aimerai connaître ce qu’il y a au delà de notre mare ?
Le ver de terre se tord de rire dans tous les sens
Tu sais bien qu’il n’y a rien là-haut, crois mon expérience dit-il !
J’ai traversé la mare j’ai creusé partout il n’y rien
Rien d’autre que ce que nous voyons ici.

Mais la larve de libellule continue à y croire, elle cherche
Et puis un jour elle quitte la mare
Des ailes lui poussent et elle devient une
Magnifique LIBELLULE qui danse dans le soleil du matin
Au-dessus de la mare ! Elle voit la lumière,
Elle voit les arbres les fleurs et les reflets du soleil sur l’eau
Et puis elle pense au ver de terre la en bas dans la boue
Si seulement il pouvait voir et croire que la haut il y a un monde si beau !



Quand nous pensons à notre vie, nous l’envisageons surtout dans sa longueur. Tout de suite on a des chiffres à l’esprit : 40 ans, 60 ans, 80 ans. On y réfléchit pour soi-même. On les guette dans ce que l’on sait des autres. Toujours la longueur.
Le compte de nos jours, nous le voyons comme la ficelle : long, surtout.
Et voici Pâques !
Tout de même, on ne va pas dire : “Fantastique ! la ficelle s’allonge !”.
Résurrection n’est pas prolongation.
La résurrection, c’est la Vie qui enveloppe soudain la nôtre !
C’est un signe de la réalité invisible —
non pas qui nous attend, un jour, une fois, après,
mais qui nous contient aujourd’hui, maintenant.
La résurrection, c’est la déchirure dans les apparences
qui laisse entrevoir la réalité éternelle,
le sens des choses, leur richesse, leur valeur.
La pierre a été roulée.
Non pas pour nous permettre de guigner
vers la fin du parcours,
mais pour nous révéler les dimensions
de la prodigieuse aventure qui contient notre “aujourd’hui”,
comme le premier jour de la Création
contenait déjà notre vie.

méditation de Philippe Zeisig

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.