Eglise protestante de La Réunion

La Bible

Les premières bible en France

La première Bible protestante a été créé le 450 anniversaire de la Bible d’Olivétan

Auteur JEANNERET P. 

Résumé

La bible Olivetan a été publiée le 4 juin 1535. C’est la première bible protestante. La décision d’éditer une Bible française fut prise par le synode vaudois de Chanforan (1532) qui, votant à la majorité le ralliement de l’Eglise vaudoise à la Réforme, vota également un don de 500 écus d’or pour imprimer la Bible. Le traducteur fut Pierre Robert Olivétan, cousin de Calvin. Il fut aussi élève, à Strasbourg, du réformateur Bucer et de Capitan.

Description de cette première édition de la Bible d’Olivétan.

1215: les Vaudois persécutés

Le Concile de Latran condamne comme hérétique le mouvement des Pauvres de Lyon lancé par Pierre Valdo, pour avoir fait traduire des passages de la Bible en langue vulgaire et pour oser prétendre que tous, prêtres et laïcs, sont capables de prêcher l’Evangile. Le Concile de Toulouse de 1229 réaffirme la position de l’Eglise : ” Nous prohibons qu’on permette aux laïcs d’avoir les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament ” (canon 14).

Robert Estienne (1503 – 1559). On le connaît surtout comme imprimeur. Il est vrai qu’il a imprimé de multiples éditions de la Bible, tant à Paris qu’à Genève où il a dû fuir. En 37 ans de travail, il a publié 41 éditions des Écritures : 11 Bibles (8 latines, 2 hébraïques, 1 française) et huit Nouveaux Testaments (4 grecs, deux latins, 1 latin-français, 1 grec-français), sans compter ses autres publications chrétiennes. Il s’est distingué par son souci de faire comprendre le texte sans l’altérer. C’est ainsi qu’on lui doit la division de la Bible en versets (1551).

1530: première Bible en français

Jacques Lefèvre d’Etaples, un prêtre, réalise la première traduction en français de la Bible complète, à partir de la version latine de Jérôme. Le diocèse de Meaux auquel il appartient est à cette Èpoque un lieu de rencontre pour des chrétiens catholiques progressistes. Ils sont soucieux d’une plus grande fidélité à l’Evangile, mais l’opposition avec l’Eglise de Paris, plus conservatrice, est latente.

1535: une Bible protestante

Avec l’aide financière des Eglises protestantes de Suisse, d’Italie et de France, Robert Olivétan publie la première traduction protestante de la Bible en français. Contrairement à l’attitude de l’Eglise catholique, la Réforme encourage l’accès de tous à l’Ecriture comme norme pour la foi et pour la vie. Mais dès le XVI ème siècle, les protestants se divisent sur la façon de lire et d’interpréter la Bible, ce qui donne naissance ý de nouveaux mouvements quelquefois rivaux.

1545-1563: le Concile de Trente

Les Réformateurs font figurer les livres apocryphes dans leurs traductions de la Bible, mais en général, ils les regroupent ý la fin de l’Ancien Testament. Ils avertissent que ces livres sont intéressants du point de vue de l’Èvolution de la pensée religieuse, mais qu’on ne peut pas y fonder la foi puisque le judaïsme ne reconnaît pas leur inspiration.

1965: lire la Bible ensemble

Dans la logique du concile Vatican II, le Pape Paul VI déclare en 1965 que “des traductions de la Bible pourraient être Ètablies avec les frères séparés de nous et pourront servir ý tous les chrétiens” (Constitution Dei Verbum.).

La Traduction oecuménique de la Bible (TOB) qui paraît en 1972 et 1975 est une première mondiale : pour la première fois, catholiques, protestants et orthodoxes sont capables de traduire la Bible ensemble et mÍme de proposer des notes d’accompagnement Cette nouvelle version a joué un rôle déterminant de rapprochement entre les chrétiens de toutes confessions, qui redécouvrent aujourd’hui la Bible comme la source commune de leur foi, de leurs pratiques, et comme la Parole de Dieu qui les interpelle tous.