Redécouvrir le CAREME

Après Mardi gras, nous entrons dans le Carême. Dimanche sera le premier dimanche de carême. 40 jours nous séparent de Pâques. 40 jours qui rappellent les 40 années du peuple au désert et qui renvoient aux 40 jours de jeûne de Jésus dans le désert. Dans la tradition chrétienne depuis le IV° siècle, on mange moins pendant le carême. Un repas quotidien en fin de journée. Abstinence totale, les vendredi et samedi saints.


Dans les églises de la Réforme, on a laissé de côté cette habitude du carême et du jeûne. On s’est toujours méfié d’une approche un peu trop magique de la religion selon laquelle le salut serait dû aux œuvres plus qu’à la grâce, aux efforts d’un jeûne plus qu’à la gratuité de l’amour de Dieu. Ainsi le protestantisme sur la question du Carême a toujours été beaucoup moins directif que l’orthodoxie ou le catholicisme. Il part du principe que chacun est libre de vivre ce temps de préparation de Pâques selon ses convictions et selon la responsabilité que lui inspire sa foi. Mais il est pourtant vrai que depuis quelques temps, on cherche des manières nouvelles de se réapproprier le Carême. Des actions de carême sont en effet initiées dans les églises locales. Généralement ce sont des actions de service et d’engagement pour les plus touchés. Plusieurs diaconats dans les églises de métropole se mobilisent aujourd’hui pour l’accueil des réfugiés. Des formes nouvelles d’accueil sont inventées. Des solidarités nombreuses se manifestent. Et c’est heureux !
Que votre temps de carême soit un temps mis à part, un temps béni pour réapprendre l’altérité et la solidarité !

pasteur Alain REY

Documents joints

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.